Vinexpo 2005 suite...

Publié le par damien

Quelques réflexions sur les dégustations de ce week end à vinexpo :

Mondavi : opus one 2001, blanc fumé, et quelques vins de grosses production en entrée de gamme. Je n'ai pas été convaincu. Même Opus one, qui possède un nez superbe, une bouche agréable, est loin de justifier pour moi son prix et sa notoriété. De même pour les soi-disante grande cuvée de propriété californienne qui présente des vins agréables mais sans personnalité, sans complexité réellement intéressante mais avec un prix incroyable (90 à 150 €) qui ne se justifie pas.

Mouton Rothschild : millésime 99 et le petit mouton 2001. Dégusté juste après Opus one...On se rend compte dans ses conditions de l'immense fossé qui sépare ce type de vins. Certes les conditions de dégustations n'étaient pas idéales, mais j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ce millésime de Mouton. Un grand Pauillac dans toute sa finesse. Je vais m'intéresser de plus près au Petit Mouton dans mes prochains achats qui me semble être un bon rapport qualité prix..

Paternina : cete bodega en Rioja si connue dans le pays basque produit une cuvée Le Clos que nous avons dégusté sur 1998. Intéressant. Dommage que les Banda azul et le reste le soit beaucoup moins.

Billecart Salmon : quel rosé ! le brut rosé est un des meilleurs que je connaisse. Et la cuvée Elisabeth 1997 sera un de mes meilleurs souvenirs champenois après Krug 90. Le brut est, avec Pol Roger, un des champagne de milieu de gamme dont je suis le plus friand.

Kefraya : vin libanais sans aucun intérêt autre que d'avoir gouté une fois un vin libanais. Ou à regouter dans de meilleurs conditions.

Henriot : la cuvée à retenir ABSOLUMENT : millésimé 96, quelle vinosité ! Entre 40 et 45 €. Bien, vraiment bien. La grande cuvée 95 est à oublier au fond de la cave.

Bouchard : Vigne de l'enfant jésus. Impossible de passer à côté. Une puissance, une tanicité, une fluidité, un fruit...à déguster impérativement. Sinon, la cuvée de base de Bouchard en pinot noir en 2004 est bien faite.

William Fèvre : pas de chance, pas de grenouille...(les amateurs de chablis comprendront)  Dans l'ensemble de tous ce que j'ai eu l'occasion de dégusté en Chablis, je crie haut et fort que le millésime 2003 est à éviter. J'ai largement préféré le simple chablis 2004 au 1er cru et grand cru de Fevre.

Cartron : liqueur d'ananas pur et en cocktail, divin, vous croquez le fruit. liqueur de pamplemousse inintéressante pur (arôme artificiel) mais sympa en cocktail. Bonne surprise : Cartron est devenu l'importateur des Rhum JM ...

Lundi soir, dégustation de grand liquoreux européens : Uroulat de Hours (www.uroulat.com), Marcel Deiss, ce cher Richard Doughty, vigneron dans ma dordogne natale à Saussignac. Que des beaux produits, trop de beau produit. Après cette seconde journée de dégustation très intense (je fais un résumé des meilleurs ou pire produits sur les 200 dégustés), la sucrosité des vins m'a achevé.

Commenter cet article