La Taverne Basque

Publié le par damien

La Taverne Basque

Un grand moment. Merci avant tout à Vivien, le chef, qui nous a permis de déguster tout ce qui va suivre dans de bonnes conditions.

 Champagne Jacquesson Avize 1996 : élégant et fin, un peu jeune tout de même avec cette finale pomme verte.

 Arbois Pupillin 2004 (j'ai oublié le nom du propriétaire...toutes mes excuses aux jurassiens) : un rancio surprenant au premier nez et un accord parfait avec un nem d’huîtres…

 Alsace Grand cru (dont j’ai oublié le nom) de Grayer 1997 : facile avec beaucoup de résiduel. Agréable.

 Clos Baudouin 1990 (Poniatowski) Vouvray : moelleux, réellement impressionnant. Et encore jeune ! Quelle fraîcheur !

 Cantemerle 1996 en magnum : je m’attendais à plus de concentration sur ce millésime. Facile.

 Le bel ouvrage Savennières de Damien Laureau (oublié le millésime) : net, impeccable, jolie découverte.

 Leoville Lascases 1986  St Julien : malgré un bouchon douteux, une puissance, une structure qui donne envie de déguster à nouveau ce vin, dans le doute.

 Meursault Clos de la Barre 1999 Domaine Comtes Lafon : mon vin blanc de la soirée. On peut le trouver encore bien sur le bois, mais c’est un vin que je vais m’empresser d’acheter. Enorme.

 Soutard 1996 : l’un a trouvé le château au nez, l’autre le millésime. Etrange ce vin, bon mais étrange. Une fine réglisse, élégant…parfait à boire

 Pur Sang 2001 Blanc fumé de Pouilly : minéralité, fraîcheur, un bel avenir pour ce très joli vin.

 Poujeaux 2001 : certes bien ficelé, agréable, mais voilà. On retombe dans le « non-emotionnel-bordelais » dont je parle souvent.

 Les Roches 1989 (Lenoir) Chinon : je suis parti sur un gamay non filtré, c’était un CF très (trop ?) vieux…amusant mais aurait du être dégusté il y a 3-4 ans.

 La Courtade 1999 Porquerolles : je n’ai pas accroché. Après la finesse des vins précédents, ce vin ne m’a pas plu. Intense à l’attaque, concentré en bouche et…plus rien. A déguster à nouveau.

 Landonne 1998 Guigal : et pan ! Un cran au dessus de celle de Delas, un grand, très grand Côte-Rotie. Une palette d’épice, une syrah suave et fluide, une élégance…

 Dominio de Tares 2003 DO Bierzo : intéressant, concentré mais un peu court. Et derrière la landonne…

 Antoine Arena 2004 Patrimonio : ce vin est arrivé trop tard. Je n’avais plus les capacités de l’apprécier et du coup…je ne l’ai pas aimé. A déguster de nouveau.

 Domaine du Mas Blanc 1981 Banuyls : tous les amateurs des vins du Roussillon nous envient d’avoir eu l’honneur de déguster ce fabuleux cru. Le docteur Parcé était encore là, à faire ce magnifique banuyls.

 Merci à tous les participants, merci à ceux qui ont apporté certains flacons largement au dessus de la moyenne...et qui nous ont permis de déguster une fois dans notre vie des vins qui, certainement, nous ne reverront plus...et bravo Antoine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

antoine 27/09/2006 15:02

Le Grand cru Alsacien de chez le père Grayer etait un ''Sonnenglanz''
Une bombe à l'état pure...

olif 17/02/2006 23:07

Drôle, oui, et ça m'a même fait sourire, mais de là à ce que des gens mal intentionnés prennent ça au premier degré! :-)Concernant le 2004 de Manu Houillon, je pense qu'il s'agit de celui-là: - Chardonnay-Savagnin 200420% de savagnin pour ce très joli assemblage qui possède une grande fraîcheur et de la gourmandise. Encore très jeune, mais sa jeunesse constitue actuellement une partie de son charme.Une bien beau vin effectivement, même si le premier nez des  vins du domaine peut toujours être surprenant (vinification sans soufre!).

dam 17/02/2006 18:16

bon j'ai retrouvé le nom de l'arbois: Domaine Pierre Overnoy et Emmanuel Houillon. Voilà.

dam 17/02/2006 10:39

ben, justement, je trouvais bien plus drôle le "terroriste"...lol.

olif 16/02/2006 17:44

Bonjour Damien, Dommage que tu ne te rappelles pas du nom de l'Arbois-Pupillin mais tant mieux s'il a été apprécié!Damien Laureau, à Savennières, un nom à retenir, visiblement, sa cuvée Les Genêts est plutôt bien sortie dans notre grande dégustation de fin janvier.Et puis, si je revendique haut et fort mon amour du terroir, je n'ai rien d'un "terroriste"! :-)Merci de m'avoir mis en lien sur ton blog très intéressant, je t'ai rendu la pareille! Si tu pouvais juste corriger la petite coquille...Olif